NM1 : Après Saint-Quentin / SVBD

à Saint-Quentin 1

Quand puissance rime avec défense……

Il n’y a pas eu de miracle dans le splendide palais des Sports Marcel Ratte à Saint-Quentin où nos joueurs ont été dominés par une équipe locale mieux armée physiquement, plus mobile et survoltée par un public énorme et électrique.

Rien à dire, sinon qu’une défaite comme ça vous met la tête à l’envers tellement elle fait l’effet d’une bonne claque. Tout au long de ce match de haute qualité, vraiment digne du niveau supérieur de la Nationale 1, les locaux ont montré une dureté physique et une agressivité des deux côtés du terrain avec une régularité qui ne laissait guère de place à Vincent Ateba et à ses partenaires.

Ils avaient pourtant bien attaqué la partie en répondant du tac au tac à leurs adversaires qui creusaient quand même un petit écart au premier QT (22-15). Le deuxième tournait au cauchemar. Tandis que les Picards haussaient leur impact physique et se procuraient des paniers faciles en périphérie avec Benoit Gillet et sous le cercle avec le formidable Ryan Rhoomes, les « Rouge » n’arrivaient pas à forcer le cadenas de la défense locale et ils rentraient au vestiaire avec un débours de points (41-26).

Dés la reprise, en défendant plus haut et plus sèchement ils infligeaient un 12-3 des familles et mettaient une sourdine à la fanfare et aux deux groupes de supporters. Derrick Barden (2/2 à trois points) Ateba, Rida El Amrani, Boateng et Parfait Njiba ramenaient leur équipe sur les talons de leurs adversaires après une séquence du meilleur cru (45-40). Il y avait le feu du côté de Saint-Quentin, mais le capitaine des Pompiers Jérôme Navier trouvait les bons tuyaux et en deux temps et trois mouvements il relançait son équipe face à un SVBD à la recherche d’oxygène, et l’écart remontait à 15 points (57-42).

Le match était joué et dans un dernier QT toujours aussi intense, l’équipe locale poussait le curseur à +20 à 5’43 » (67-47). Mais avec un courage exemplaire et une combativité jamais éteinte, nos gars se battaient comme des chiffonniers jusqu’à la dernière possession et à l’ultime panier de Karim Gourari arraché sur le gong après un rebond offensif (81-61).

Pragmatique, Arnaud Ricoux nous disait : « On a été dominé physiquement par une grosse équipe. A partir de là, tout devenait compliqué ». Tout à fait d’accord avec vous, coach, mais permettez nous d’ajouter que malgré l’écart de vingt points, votre équipe n’a jamais baissé les bras et qu’elle s’est battue jusqu’au bout, avec ses armes et un grand courage.

C’est sur ce point qu’il faut positiver avant la réception de Charleville et le déplacement chez le leader Souffel……..

Vive le basket,
Vive le SVBD

Jean Moncharmont

à Saint-Quentin 1 à Saint-Quentin 2 à Saint-Quentin 3 à Saint-Quentin 4 à Saint-Quentin 5 à Saint-Quentin 6 à Saint-Quentin 7 à Saint-Quentin 8 à Saint-Quentin 9 à Saint-Quentin 10 à Saint-Quentin 11 à Saint-Quentin 12